Mai: L'Homme et la Nature

L’HOMME ET LA NATURE

Exposition du 2 Mai au 1er Juin

Vernissage le 2 Mai de 18h à 22h

INVITÉE AU VERNISSAGE

ALINE MAALOUF chanteuse lyrique

Le 2 Mai de 19h à 20h30

#
Cantatrice Soprano

#

Née au Liban, Aline se passionne très tôt pour le chant. Elle a commencé ses études de musique à l’âge de 11 ans avec des cours de guitare classique, de piano, de chant et de théorie musicale.
Une grande majorité des années suivantes seront consacrées en partie à l’étude de la musique et du chant dans de multiples conservatoires au Liban et en France, pour faire de sa passion un métier.
Elle se produira par la suite sur scène pour interprété les rôles suivants: Barbarina de “Le nozze di Figaro” de Mozart, soeur jumelle de “Procedura Penale” de Luciano Chailly, Despina de “Cosi fan tutte” de Mozart, L’Enfant de “L’enfant et les sortilèges “de Maurice Ravel, Ida et le choeur de Die Fledermaus de Richard Strauss. Tatiana (version théâtrale, rôle parlé) d’Eugene Onegin de Tchaïkovski, et plus récemment avec un rôle dans FAUST et CARMEN à Metz.

Pour les personnes souhaitant se perfectionner en chant lyrique ou le découvrir, vous pourrez profiter de tarif réduit en étant adhérent à l’association Evol’art. 30 euros au lieu de 50 euros le cours de chant, pour une prise de RDV avant fin Juin, sur un cours, avec la possibilité si vous le souhaitez de continuer en prenant une carte de 10 cours sur 3 mois, soit 100 euros par mois. Alors essayez!

EN DEGUSTATION POUR L’APÉRO

LA CANTINE DE CECILE

Le 2 Mai de 18h à 20h

#
Traiteur

Visitez son site

#

Apéritifs déjeunatoires ou dînatoires, grands ou petits événements, la Cantine de Cécile est là pour vous !
Pour une prestation unique avec des mets qui s’adaptent à vos envies et à votre budget. Du fait main avec des producteurs locaux et des fruits et légumes de saison.
“Maman de trois enfants, je suis venue tard à la cuisine grâce à eux !
Émincer, rissoler, chemiser, fleurer, tel a été le quotidien de mon année de CAP.
Diplômée depuis 2016, j’ai voulu, en créant la Cantine de Cécile, vous faire partager ma passion en cuisinant pour vous des mets simples, bons et faits maison.”

GASTEUIL ARTISTE INVITÉ D’HONNEUR

#

GASTEUIL Jean-Marie,Peintre autodidacte baroque.
Sa peinture s’inscrit dans un courant visionnaire figuratif et symbolique. Expose dans les galeries et les grands Salons français et étrangers.

AUTRES EXPOSANTS du 2 Mai au 1er Juin

Matthieu Gauthier

#
Artiste Peintre

Visitez son site

#

Matthieu Gauthier tente dans sa pratique de laisser émerger l’invisible dans le visible. Au service de sa peinture, il monte ses châssis, tends la toile brute sur laquelle il accumule les taches de peinture à l’huile

Denis Diebold

#
Artiste Peintre

Visitez son site

#

Deux intentions sont à l’origine de ce travail:
-Aborder la fragilité et l’éphémère
– Réaliser de petits formats pour rompre avec une
démarche précédente.
Les feuilles de papier à cigarette sont apparues comme le support idéal: défi et sujet d’expérience.
Ce support fragile impose des techniques tout autres que celles utilisées sur la toile ou le papier.
Les sujets traités sont des références au patrimoine culturel, au paysage de la campagne lorraine et des allusions à la cause animal.
La minutie et la délicatesse que nécessite l’utilisation du papier à cigarette, dans un style réaliste, accentue la fragilité de l’œuvre et de son sujet.

Jean-François Laurent

#

Jean-François LAURENT pratique la sculpture depuis les années 70. Après avoir travaillé le bois, la pierre et la céramique, il s’oriente vers le bronze et monte sa propre fonderie, où il coule lui-même ses sculptures d’après la technique de la cire perdue.
Il maîtrise toutes les étapes utiles à la réalisation de ses œuvres : du modelage à la fonte, en finalisant par la patine, qu’il considère comme un vêtement qui habille ses sculptures.
Il développe une sculpture personnelle, fortement empreinte de sa sensibilité humaniste. Sa source d’inspiration est fondamentalement l’homme.
« Par la sculpture, j’essaie de traduire l’émotion procurée par une attitude corporelle ou un mouvement.
Garder l’essentiel, ou plutôt les essentiels qui, fondus entre eux finissent par me donner l’enveloppe finale de la sculpture et le début d’une nouvelle émotion. »

Eloïse Gasteuil

#
Photographe

Visitez son site

#

La photographie est pour moi un moyen de faire le lien entre la réalité et l’imaginaire. Je travaille avec peu de retouches et jamais d’effets spéciaux afin de de laisser au spectateur une part de mystère ou d’inconscient dans la lecture.

Dan Burgin

#
Artiste Peintre

#

Après un temps de création mariant peinture acrylique et collage, Dan s’exprime, actuellement, uniquement à travers la peinture acrylique,
Les couleurs en quête de lumière sont la source d’inspiration de ses thématiques,
Elles guident sa création et servent son univers, Ses tableaux s’habillent de couleurs chaudes ou froides selon l’inspiration du moment.

Ayda Peiffer

#
Artiste plasticienne, Infographiste

#

Mon parcours artistique commence officiellement en 1997 quand je remporte le concours d’entrée à l’école supérieur d’art plastique (TEHERAN).
J’enchaine ensuite en emportant le grand concours annuel d’entrée à l’Université d’Art et Graphisme (TEHERAN, 2001-2005, master1).
En 2011, j’ai eu le plaisir d’être sélectionnée parmi les artistes choisis par l’organisation universelle «ARTEXPO»
Mon esprit captivé par le jeu du « libre arbitre et du déterminisme » essaye de s’exprimer de façon visuelle.
Si concrètement on peut me ranger dans la catégorie des artistes plasticiens, c’est bien l’abstrait qui me touche, qui me parle, qui me définit.
Il faut ressentir la peinture abstraite comme on peut ressentir de la musique. Quand on ressent de l’émotion à travers la musique, on ne cherche pas à comprendre ou à identifier ce qui nous touche. Il en est de même pour l’art abstrait où la seule chose importante est de ressentir quelque chose.
Il tente de matérialiser des règles « semblant répétitives » et qu’il a déchiffré, découvert, rêvé, deviné ou même entendu.
Il est le témoin de ce jeu partout ! Dans ma trousse de maquillage, au pied d’une plante dans sa terre, dans les tiroirs d’une cuisine, sur le visage d’une personne ou même d’un être disparu…
Il regarde les choses avec mes yeux afin de les entendre, contrairement à moi qui n’entends rien si je ferme les yeux…
Tout ça n’est peut-être pas mon choix !

Michael Koh

#
Artiste Peintre

Visitez son site

#

Michael Koh a toujours été passionné par le dessin et la peinture. C’est donc tout naturellement qu’il s’est dirigé vers des études de Beaux Arts.
C’est après 30 ans en tant que directeur artistique dans la communication, qu’il s’est remis à ses premiers amours, la peinture.On peut ressentir dans le côté calligraphique de ses toiles ses origines malaisiennes.
Ces œuvres pleines de mouvements de couleurs et de profondeurs, sont à la fois énigmatiques et envoûtantes. Il suffit de regarder pour se laisser transporter et voyager à travers nos pensées.
La place de l’Homme dans le monde, les impacts de l’Homme sur la nature, la complexité de l’Homme, ses émotions, sont autant de sujets que peuvent traiter ses peintures.

Valérie Cerutti

#
Sculpteur

Visitez son site

#

Fragments d’objets pour identités volatiles

Brisures d’objets du quotidien, sur lequel l’œil glisse sans les voir,
Assemblés par un jeu d’équilibre des masses et des formes, le familier devient personnification, inattendu,
Transformation déroutante engendrée par l’éruption du rêve dans la réalité.

« Série Bêtes à Becs ; dindes et autres volatiles »

Extraits d’extincteur, radiateur, bonbonne de gaz, grillage…

La recherche de personnages singuliers créés par la fusion de différents supports inertes, bruts.

La récupération est la base de mon travail (bois, ferraille)
L’accumulation automatique ou réfléchie pour ces éléments torturés par le temps, par des aléas naturels ou par des modifications humaines est la source d’associations chimériques.
A travers le prisme de mon regard de sculpteure sur ces dysmorphismes, des mariages improbables trouvent un équilibre, une nouvelle raison d’exister.
La verticalisation de ces courbes, ces déliés, creux ou pleins, participe graphiquement à l’évocation d’une posture ; d’une silhouette épurée dans un style radical.
L’utilisation des lignes des oiseaux m’a conduit à travailler sur l’élévation de la matière, sur une fausse instabilité ; afin de restituer à ces matériaux denses et acérés, grâce et élégance.

Denis Hilt

#
Sculpteur

Voir ses photos

#

C’est à mon grand père que je pense souvent avec l’appareil en poche. C’est à lui que je dois ma passion de l’image. A chaque évènement familial, l’oeil de Papi trainait, collé à l’oeilleton d’une Super 8, ou rivé au viseur d’un Rolleiflex.

Pourtant une vue mauvaise depuis l’enfance, aurait du m’éloigner de la photo. Elle m’en a au contraire rapproché.

Après des études d’Audiovisuel, j’ai travaillé en maison d’arrêt. Trois ans de taule où j’ai formé des détenus à la vidéo pour concevoir des programmes filmés, diffusés en circuit fermé sur une télévision carcérale. Essayer de passer la lumière vers l’ombre. Un paradoxe excitant.

En 2009, je découvre le Cambodge et la visite d’un vieux casino Français, le Bokor Palace, m’ouvre l’horizon Urbex, qui reste toujours un de mes moteurs de curiosité aujourd’hui.

Et puis il y a le monde du bâtiment dans lequel je baigne depuis 12 ans et qui me permet de m’immerger dans la vie de chantier, les traces de passage des bâtisseurs, et le graphique des engins.

En tout lieu mon regard s’évade et s’arrête souvent vers la nature. Notamment les plantes, présentes partout, sagement immobiles à l’oeil nu, et si mouvementées lorsqu’on les approche de plus près.
On y découvre cette souple liberté qui pousse où elle le souhaite avec élégante révérence. Si l’homme était identique à la plante, quelle force de la nature serait-il vraiment?

Passer de l’un à l’autre. De la vie de tous les jours à la photographie.
Alterner les états. Relayer des moments à un instant. Les relier. Mêler le mouvement et la pose.

Partir avec un appareil photo, c’est espérer que notre curiosité va être nourrie par une image que l’on imagine d’abord.

On stimule notre imaginaire avant le cliché, et puis, on se fait surprendre par une apparition, à laquelle nous n’avions pas pensé. Et cette image nous change. On revient avec un regard transformé, qui sera celui de la prochaine photo. Et ainsi de suite, le film de la vie se déroule sous nos yeux.

Donner le temps à la vision de fuir, avant de la canaliser dans le cadre. Faire un don à la vue et attendre son cadeau.

L’oeil s’échappe, il est «natalement» curieux. Dès qu’il ressent une attraction nouvelle, il va s’y diriger. Cette curiosité d’ouverture est en chacun de nous. Nous sommes tous nés curieux. A la frontière de l’indiscrétion.

Comment faire une photo à la volée si vous ne la volez pas un peu justement?…

Jean-Marie Burgin

#
Artiste Peintre

#

Tout me touche… Alors je touche à tout.
Mon moteur, l’instant de la création.
Cet instant où s’exprime la pulsion d’écrire, de composer, de peindre ou dessiner.
Véritable nécessité qui lorsqu’elle s’exprime ne lasse d’étonner… c’est toujours une « première fois » !
Et si, à chaque œuvre terminée, je débouche sur le doute, il s’installe dans le même temps une étrange sensation d’exister.
Alors j’ose, oui simplement « j’ose » avec l’espoir de partager une émotion.
Qu’une seule personne ressente cette émotion justifie infiniment ma démarche… car epsilon est infini par rapport à zéro.

Romain Miron

#
Artiste Peintre


#

Peintre-sculpteur autodidacte, c’est l’émotion qui guide ses choix.
Il choisit ses modèles parce que leurs traits
« accrochent le fusain », la courbe d’une lèvre, une ride, le port de tête, un cou, sont autant de déclencheurs qui l’incitent à se mettre au travail.
Une scène de danse, la vie intérieure qui se cache derrière un regard, un visage qu’il aborde comme un paysage, le poussent à traduire son ressenti par un croquis, une peinture ou par l’argile.
La mise en action souvent transforme l’idée, car par la peinture ou le contact de la terre, un autre processus de création prend le dessus.
Cent fois sur le métier, il remet l’ouvrage jusqu’à trouver par le geste juste, l’expression qui provoqua l’émotion ressentie lors de la rencontre du modèle.
Son travail est basé sur la déclinaison de ces portraits ou sculptures en variant médiums, supports et techniques. Il reprend parfois après plusieurs mois, voire années, ses œuvres pour leur faire bénéficier d’une maîtrise artistique en constante évolution.